Egypte. Fabriquant des appareils de diagnostic automobile et de l'électronique embarquée dans les véhicules, la société toulousaine Actia, après avoir obtenu deux contrats début 1999 avec Fiat e...

Egypte. Fabriquant des appareils de diagnostic automobile et de l'électronique embarquée dans les véhicules, la société toulousaine Actia, après avoir obtenu deux contrats début 1999 avec Fiat et Iveco, poursuit son développement en Italie. Elle vient de créer, fin octobre, une filiale avec la société transalpine de logiciels Intecs, travaillant dans l'aéronautique, le spatial et le ferroviaire. Deux sociétés ont ainsi été créées : la SA Actia-Intecs Italie, détenue à près de 60 % par Actia, spécialisée dans l'électronique des transports et le diagnostic automobile et la SA Intecs-Actia France, dirigée par Intecs, spécialisée dans le spatial. Parallèlement, en coopération avec son distributeur au Caire, Actia va créer courant novembre une filiale en Egypte pour y assembler des vidéobus (vidéo dans les autocars). Déjà présent au Mexique et au Brésil, Actia espère réaliser dans cinq ans un chiffre d'affaires annuel en Egypte et dans les pays arabes de 50 millions de F, contre 7 millions en 1999. Par ailleurs, mi-octobre, la société a signé un protocole d'accord avec l'américain SPX pour sortir un appareil de diagnostic automobile multimarque en mars 2000. Ce nouvel appareil donnera accès à des services de téléassistance et à des centres d'appels. (Christine Weissrock - Atelier Paribas)