Alors que les marchés de l'Europe de l'Ouest arrivent en phase de saturation, l'Europe de l'Est est en phase de devenir un nouvel Eldorado pour les fabricants de téléphones mobiles. C'est du moins...

Alors que les marchés de l’Europe de l’Ouest arrivent en phase de saturation, l’Europe de l’Est est en phase de devenir un nouvel Eldorado pour les fabricants de téléphones mobiles. C’est du moins ce qu’indiquent les derniers chiffres d’une étude publiée ce mois-ci par le cabinet Baskerville’s.
D’après elle, les marchés de la téléphonie mobile en Europe orientale ont gagné 29 % depuis le début de l’année, soit plus de 22,5 millions d’abonnés. Une croissance impressionnante qui devrait se poursuivre jusqu’en 2008 où le marché devrait arriver à maturité avec un parc de 174 millions d’abonnés à la téléphonie mobile.
Rappelant toutefois que le marché de l’Europe de l’Est (Russie incluse) ne représente actuellement que 7,7 % du marché mondial (contre 26.9 % pour l’Europe de l’Ouest et 39.6 % pour l’Asie-Pacifique), le cabinet d’études souligne le potentiel à moyen terme de cette zone géographique pour laquelle le leader mondial Nokia a notamment concentré ses efforts en créant deux nouveaux produits d’entrée de gamme : le Nokia 110 et le 2300. Le constructeur finnois prévoit qu’en 2008 la Russie comptera 60 millions d’abonnés au téléphone mobile.
(Jean de Chambure – Atelier groupe BNP Paribas – 18/11/2003)