L’IDRIS a acquis en juin 2000, trois supercalculateurs NEC SX-5 afin de les mettre à disposition des laboratoires de recherche. L’association de ces machines permet d’atteindre une puissance totale ...

L’IDRIS a acquis en juin 2000, trois supercalculateurs NEC SX-5 afin de les mettre à disposition des laboratoires de recherche. L’association de ces machines permet d’atteindre une puissance totale de 303 Gigaflops. L’organisme du CNRS conduit des projets de recherche fondamentale et des études pour des industriels, notamment dans les domaines de l’aéronautique, de la mécanique des fluides, de la physique des plasmas. Pour répondre aux besoins des utilisateurs en termes de traitement informatique, de nouvelles architectures de calcul ont été développées. L’IDRIS a ainsi relié un ensemble hétérogène de supercalculateurs et de logiciels. Un an après l’installation des supercalculateurs NEC, au sein de l’IDRIS, le LMD/IPSL (Laboratoire de Meteorologie Dynamique / Institut Pierre Simon laplace) et le LSI (Laboratoire des Solides Irradies) soulignent l’importance des supercalculateurs hébergés à l’IDRIS dans le cadre de leurs activités de recherche. Les supercalculateurs NEC permettent au LMD de mailler avec précision la surface de la terre et d’analyser ses variations climatologiques. Le LSI utilise les supercalculateurs de NEC pour élaborer ses algorithmes de calcul scientifique. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 14/11/2001)