On avait entendu Bill Gates déclarer que d'ici 18 mois, le spam ne constituerait plus un problème pour Internet. L'idée était simple à comprendre : faire payer l'expéditeur. Les moyens...

On avait entendu Bill Gates déclarer que d’ici 18 mois, le spam ne constituerait plus un problème pour Internet. L’idée était simple à comprendre : faire payer l’expéditeur. Les moyens techniques pour la mettre en œuvre sans pénaliser l’ensemble des échanges des messages électroniques circulant via Internet paraissaient toutefois plus complexes à trouver !

Hier, Microsoft a cependant révélé quelques aspects de son projet « Penny Black » (du nom du premier timbre britannique édité en 1830 pour faire payer l’expéditeur à la place du destinataire). Les expéditeurs de messages électroniques en masse comportant des expressions récurrentes formulées dans les spams (vocabulaire pornographique, régime miracle, richesse instantanée…) devront à chaque message envoyé faire exécuter un calcul à leur ordinateur d’environ 10 secondes.

Cette technologie devrait ainsi les contraindre à investir dans des supercalculateurs si ces derniers souhaitent toujours envoyer à des millions d’adresses leur message non sollicitée. Une idée intéressante, déjà en partie exploitée (il existe des systèmes de messagerie demandant à l’émetteur d’un e-mail de répondre à une question préalable), mais qui devra être massivement adoptée par les logiciels courants de manière à être efficace…

(Atelier groupe BNP Paribas – 06/02/2004)