L'information a eu l'effet d'un boulet de canon : Lycos envisage de supprimer 75 postes en France. Ce n'est pas tant le nombre qui a choqué la presse que les méthodes employées. Car le portail...

L'information a eu l'effet d'un boulet de canon : Lycos envisage de supprimer 75 postes en France. Ce n'est pas tant le nombre qui a de choqué la presse que les méthodes employées. Car le portail Internet ne compte pas laisser tomber ses salariés. Pour les 75 sur la sellette, Lycos a promis un reclassement original.

Destination : l'Arménie. Dans ce pays situé entre la Turquie et l'Azerbaïdjan, Lycos a installé une filiale en 2002. A ses salariés français concernés par les mesures de suppression d'emplois, le portail Internet propose donc de se délocaliser et d'accepter un salaire "à l'arménienne". Les syndicats estiment ainsi que contre un salaire brut compris entre 2500 et 3000 euros en France, les développeurs se verraient proposer une rémunération brute de 4200 euros par an : soit 350 euros par mois !!

Au premier trimestre 2005, le portail Internet a réalisé en Europe un chiffre d'affaires de 30 millions d'euros , en hausse de 26 %, et un r ésultat brut de 15,2 millions d'euros en progression de 62 % sur un an.

(Atelier groupe BNP Paribas - 23/05/2005)