Au Mexique, les kidnappings contre rançon ou pour des raisons politiques sont monnaie courante. Après la Colombie, le Mexique est le second pays au monde à recenser le plus d’enlèvements...

Au Mexique, les kidnappings contre rançon ou pour des raisons politiques sont monnaie courante. Après la Colombie, le Mexique est le second pays au monde à recenser le plus d’enlèvements aujourd’hui. Entre 1992 et 2002, ce sont ainsi 15000 personnes qui ont été enlevées dans le pays ; un chiffre qui ne représenterait que le tiers des kidnappings réels, pas toujours dénoncés. Et ceux qui luttent contre le crime organisé sont souvent les premières victimes de ce phénomène : journalistes d’investigation, policiers, représentants de l’Etat, etc. Pour exercer son métier en toute sérénité sans être inquiété par le kidnapping, le procureur général du Mexique, Rafael Macedo, a peut être trouvé la solution : il s’est fait implanter dans le bras une puce à double usage. Première fonction : donner accès à une récente base de données sur les criminels du pays. Seconde fonction : permettre une localisation précise et rapide de l’individu qui la porte où qu’il se trouve à l’intérieur du pays. Les collaborateurs proches de Rafael Macedo devraient être à leur tour bientôt équipés de cette puce qui pourrait dissuader plus d’un kidnappeur. (Atelier groupe BNP Paribas – 16/07/2004)