Etre numéro un mondial s'accompagne souvent d'un prix à payer. Pour Microsoft, il s'agit d'attaques juridiques régulières que subit à tort ou à raison cette société. Toujours en pourparlers avec...

Etre numéro un mondial s’accompagne souvent d’un prix à payer. Pour Microsoft, il s’agit d’attaques juridiques régulières que subit à tort ou à raison cette société. Toujours en pourparlers avec la Commission européenne, Microsoft Japon doit désormais faire face à une perquisition de ses locaux tokyoïtes.

La Commission japonaise de la Concurrence (FTC) a perquisitionné jeudi dernier au siège du géant informatique. Le reproche ? Microsoft est soupçonné d’avoir établi des conditions désavantageuses aux fabricants d’ordinateurs nippons – NEC, Fujitsu, Matsushita Electric, Hitachi & Sony – au moment de leur accorder des licences d’exploitation Windows. Ces dernières restaient soumises à une clause contractuelle stricte avant toute installation préalable.

Second front, les Etats-Unis. C’est cette fois le tour de l’opérateur historique américain AT&T de demander au moins 90 millions de dollars de dommages à la firme de Redmond. La cause ? Microsoft utiliserait une technologie brevetée en 1981 par AT&T pour optimiser la transmission de la voix par Internet pour son célèbre service MSN Messenger.

(Atelier groupe BNP Paribas - 26/02/2004)