Un ennui de moins pour la firme de Redmond ! La menace d'Eolas, qui avait déposé en octobre 1994 un brevet portant sur la possibilité d'activer des applications tiers (lecteur multimédia, fichier...

Un ennui de moins pour la firme de Redmond ! La menace d’Eolas, qui avait déposé en octobre 1994 un brevet portant sur la possibilité d’activer des applications tiers (lecteur multimédia, fichier PDF…) via un navigateur web, pourrait être écartée.

Le bureau américain des brevets et des marques déposées a en effet donné raison vendredi dernier à Microsoft : il n’aura pas à changer les fonctionnalités de son navigateur Internet Explorer. De plus, il n’est pas tenu pour l’instant de régler les 521 millions de dollars à la firme Eolas, en vertu d’un jugement précédemment établi par la justice américaine. Eolas a soixante jours pour répondre.

La cause de ce revirement judiciaire ? Les preuves récemment apportées par le W3C, l’instance suprême du web, de l’antériorité des spécifications du langage HTML, publiées en juin 1993 par Tim Bernes Lee, soit plus d’une année après le brevet d’Eolas. Une bonne nouvelle pour Microsoft, et pour le web en général, car à travers ce procès c’est toute la diffusion des différentes sources de fichiers sur la toile qui pouvait être remise en cause.

(Atelier groupe BNP Paribas - 08/03/2004)