Smart city

Une mobilité urbaine plus responsable et connectée grâce au vélo

  • 09 Fev
    2018
  • 2 min

Si les prédictions concernant les progrès des voitures sans conducteurs vont bon train, les cycles à propulsion humaine (communément, vélos) dessinent aussi le futur de la Smart City.

Le CES 2018 aura été l'occasion de parler mobilité – et pas seulement véhicule autonome, car les deux roues aussi dessinent l'avenir du transport urbain. Deux innovations ont volé la vedette à Las Vegas le mois dernier : le Wink bar (guidon connecté) de Velco – qui assure à la fois une géolocalisation et une navigation GPS sécurisée, et intègre également des phares – et le Cosmo Bike (feu intelligent de décélération, de position et de de détresse) de Cosmo Connected – qui détecte les chutes, prévient les proches et les secours en cas d'accident, et sert également de clignotant, manuel ou automatique, lorsque le trajet a préalablement été enregistré dans l'application mobile associée. Les start-up cherchent donc à améliorer la sécurité des cyclistes, ce qui pourrait conduire à une hausse de leur nombre. Tous les acteurs de la tech semblent se réinventer pour mettre en avant ce mode de déplacement écologique et économe. Les systèmes de vélos partagés sont particulièrement à la mode, notamment parce qu'ils sont inclusifs : ils améliorent l'accessibilité de certains quartiers (et de fait, certaines populations) à ces services. Aux États-Unis, près d'un quart d'entre eux proposent des réductions basées sur les ressources financières des individus. Les vélos en libre service et la collecte de données ont véritablement changé la façon de se déplacer : les utilisateurs peuvent désormais les localiser, s'assurer de leur disponibilité en borne (quand borne il y a), tandis que les municipalités peuvent mesurer leur fréquence d'usage (le NACTO estime que 88 millions de trajets ont été réalisés à vélo aux États-Unis entre 2010 et 2016, avec un nombre de systèmes de vélos partagés passant de quatre l'année de leur lancement à 55). Et alors que San Francisco arrive cinquième au classement des villes les plus congestionnées au monde, de nouveaux partenariats voient le jour : c'est le cas d'Uber et JUMP (concurrent de Ford et de ses futurs E-bikes), qui lancent cette semaine un programme pilote de réservation de vélos électriques via l'application mobile Uber. Une collaboration enthousiaste pour la baie, dans laquelle le nombre de vélos partagés est passé de 700 à plus de 7000 au cours des deux dernières années.

Rédigé par Marie-Eléonore Noiré