A mesure que le multimédia entre dans les fonctions des nouveaux terminaux mobiles, les fabricants avancent ou reculent, mais mettent de toute façon ce sujet au cœur de leur stratégie commerciale....

A mesure que le multimédia entre dans les fonctions des nouveaux terminaux mobiles, les fabricants avancent ou reculent, mais mettent de toute façon ce sujet au cœur de leur stratégie commerciale. Deux informations viennent confirmer cette tendance. D’abord Nokia qui restructure ses grandes branches d’activités.

Le premier fabricant mondial de téléphone portable, conserve ces deux secteurs : Mobile Phones et Networks (réseaux), mais fait disparaître Ventures (capital risque) au profit de deux nouvelles entités : Enterprise Solutions et Multimédia, l’une et l’autre dédiées au développement de gammes de téléphones mobiles spécifiques. Mobile Phones garde de son côté les appareils d’entrée de gamme massivement destinés aux pays émergents (Russie, Inde, Chine…).

Si Nokia avance, la filiale SonyEricsson, 5ème fabricant mondial avec 6 % de parts de marché, retarde de son côté la sortie de son 1er combiné 3G au début de l’année 2004, afin qu’il puisse subir « des derniers tests d’interopérabilité ». Déficitaire depuis sa création en octobre 2001 (sauf lors d’un trimestre à l’équilibre), la filiale SonyEricsson compte cependant beaucoup sur cette nouvelle gamme pour conquérir des parts de marché en Asie du Sud-Est.

(Atelier groupe BNP Paribas – 30/09/2003)