baisse du Nasdaq L’interdépendance des marchés, psychologique ou réelle, s’avèrent particulièrement forte dans le domaine des nouvelles technologies. C’est en tout cas ce que le Nuevo Mercado espa...

baisse du Nasdaq L’interdépendance des marchés, psychologique ou réelle, s’avèrent particulièrement forte dans le domaine des nouvelles technologies. C’est en tout cas ce que le Nuevo Mercado espagnol et le Nouveau Marché français confirment cette semaine, chaque jour un peu plus. Les débuts du nouveau marché espagnol (presque calqué sur le Nasdaq américain), n’ont pas été à la mesure de l’ambition de ces investisseurs. Le premier jour d’ouverture a connu une baisse générale de 1.73 % des valeurs. Cette baisse s’explique en grande partie par les récentes dépréciations du Nasdaq. Ce lien avec la bourse américaine va demeurer extrêmement fort, selon les analystes. Pour illustrer cette dépendance, Libération rappelle l’ascension fulgurante qu’à connu à la bourse espagnole Terra Networks, la filiale Internet de Telefonica. A mesure que le Nasdaq réajustait le prix de ses valeurs, le titre Terra Networks a connu en un mois et demi, une baisse de plus de 50 % de sa valeur boursière, passé depuis, de 300 milliards de francs à 160 milliards de francs… Le nouveau marché de Paris n’apparaît pas beaucoup plus indépendant: hier, l’indice Nasdaq reculait de 4.2 % annulant ces gains depuis le début de l’année. Le nouveau marché a aussitôt répondu en perdant 8 %. (Jean de Chambure - Atelier BNP-Paribas - 12/04/2000)