Cela faisait longtemps que la société Oracle n’avait pas fait parler d’elle et de son offre public d’achat hostile sur Peoplesoft. Aujourd’hui, elle revient à la charge, avec une offre en baisse...

Cela faisait longtemps que la société Oracle n’avait pas fait parler d’elle et de son offre public d’achat hostile sur Peoplesoft. Aujourd’hui, elle revient à la charge, avec une offre en baisse de 19 %, qui valorise Peoplesoft à 7,7 milliards de dollars. Le motif de cette réévaluation, tel qu’expliqué par Oracle, c’est que sa proie a perdu 24 % de sa valeur depuis le lancement de sa dernière offre.

L’éditeur Oracle revient donc à la charge avec une offre abaissée de 1,7 milliard de dollars, alors que personne ne le suit : ni Peoplesoft, comme on pourra aisément l’imaginer, ni les autorités américaines, ni la Commission européenne. Qu’à cela ne tienne, Oracle a fait appel de la décision émise par les autorités anti-trust des Etats-Unis. Le jugement est prévu pour le 7 juin prochain.

Sur le premier trimestre 2004, Peoplesoft a enregistré une baisse de 37 % de son bénéfice net par rapport au premier trimestre 2003. Qu’est-ce qui provoque cette baisse importante, alors que le chiffre d’affaires a nettement progressé ? Le paiement des procédures judiciaires que la société est obligée de mener pour contrer les offensives d’Oracle.

Oracle précise aujourd’hui que le prix proposé offre encore une prime de 21 % par rapport au cours du titre Peoplesoft, qui affichait 17,30 dollars à sa clôture vendredi soir.

(Atelier groupe BNP Paribas - 17/05/2004)