Après avoir annoncé que les bénéfices du troisième trimestre montreront un “déclin significatif” et que le résultat 1998 se situera “à peu près au même niveau qu’en 1997”, soit en-dessous des prévis...

Après avoir annoncé que les bénéfices du troisième trimestre montreront un “déclin significatif” et que le résultat 1998 se situera “à peu près au même niveau qu’en 1997”, soit en-dessous des prévisions initiales, le groupe électronique Philips a aussitôt été sanctionné par la Bourse d’Amsterdam. Le titre a chuté hier de plus de 20 % terminant la séance à 82 florins, en baisse de 17,2 %. Cor Boonstra, son président, s’est pourtant efforcé de minimiser l’aspect négatif de son annonce en précisant que le résultat courant du groupe recommencerait à s’améliorer dès le quatrième trimestre et en rappelant que les comptes 1998 intégreraient “un bénéfice extraordinaire très important” lié à la vente de Polygram à Seagram. Mais le marché a surtout retenu que Philips n’a pas été épargné par la crise asiatique et que la situation de sa filiale de téléphonie mobile, Philips Consumer Communications ne cesse de se dégrader (près de 750 millions de F de pertes depuis le début de l’année). (Les Echos - La Tribune - 22/09/1998)