Smart city

Une plateforme autonomise la gestion de l'eau dans les foyers kenyans

  • 26 Fev
    2018
  • 2 min

La start-up HydroIQ a mis au point une solution de gestion automatisée des ressources en eau pour que les familles rationalisent leur consommation.

Au Kenya, l'accès à l'eau potable de qualité dans les foyers est complexe et coûteux. À Nairobi, l'eau courante est coupée environ deux à trois fois sans que cela n'ait d'impact sur la facture d'eau à payer. Facture qui représente tout de même plus de 11% du revenu des ménages. Pour lutter contre cette situation, qui touche près de trois millions de personnes dans la capitale uniquement, Brian Bosire et Victor Shikoli ont eu l'idée de développer HydroIQ. Un dispositif de localisation GPS connecté à un réseau Internet qui, relié aux réseaux de distribution d'eau, est capable de gérer, contrôler et surveiller l'utilisation de l'eau dans la maison. Cela permet de réduire le gaspillage, d'optimiser sa facture d'eau et de s'assurer de la bonne qualité de l'eau consommée. La plateforme en ligne est conçue comme un véritable agrégateur de données afin de faire les liens et passerelles nécessaires entre distributeur, consommateur d'eau et pouvoirs publics pour ensemble optimiser les réseaux d'eau potable en zone urbaine. Et c'est un bel objectif puisque selon l'ONU, les deux tiers de la population mondiale vivront dans des zones de stress hydrique d'ici 2025. Enrichi d'un système de paiement en ligne, personnalisé selon la consommation réelle, la solution HydroIQ outrepasse le besoin en compteurs électriques, souvent coûteux et finalement peu efficaces. Ce dispositif tout en un se veut donc, selon ses fondateurs, le premier opérateur de réseau d'eau virtuelle au monde. Une ambition déjà couronnée de succès puisque le projet a remporté le prix de la Start-up Africa 2018.

Rédigé par Théo Roux