Compaq, Hewlett-Packard, Packard Bell NEC et EMachines sont accusés d'avoir commercialisé des ordinateurs portables équipés de lecteurs de disquettes défectueux, susceptibles d'endommager ou d'eff...

Compaq, Hewlett-Packard, Packard Bell NEC et EMachines sont accusés d'avoir commercialisé des ordinateurs portables équipés de lecteurs de disquettes défectueux, susceptibles d'endommager ou d'effacer les données stockées sur une disquette. Egalement accusé, Toshiba a annoncé, il y a trois jours, un règlement amiable dont le coût est estimé à plus de 1 million de dollars. Toshiba a en effet accepté de donner un coupon d'une valeur de 100 dollars, échangeable contre de l'argent ou pour tout achat d'un produit Toshiba, à chaque acheteur d'un ordinateur portable Toshiba postérieur à 1987. Les possesseurs des 1,8 million d'ordinateurs vendus depuis mars 1998 recevront, pour leur part, un coupon de 210 à 443 dollars. Si Toshiba avait perdu son procès, il aurait pu être contraint de payer jusqu'à 9,5 milliards de dollars. Alors que Compaq a annoncé qu'il allait "se défendre vigoureusement" et démonter l'iniquité de la procédure, les autres constructeurs ont déclaré ne pas avoir pris connaissance encore de la procédure et se sont refusés à tout commentaire. (Christine Weissrock - Atelier Paribas)