de Bull a été bonne, à 56 F son titre a progressé de 5,4 %. Le transfert sur le RM s'est accompagné d'un changement de dénomination, Machines Bull étant devenu tout simplement Bull. Après six ans da...

de Bull a été bonne, à 56 F son titre a progressé de 5,4 %. Le transfert sur le RM s'est accompagné d'un changement de dénomination, Machines Bull étant devenu tout simplement Bull. Après six ans dans le rouge et plus de 20 milliards de F de pertes cumulées, le groupe a renoué avec les bénéfices en 1995 et a affiché en 1996 un bénéfice de 376 millions de F, malgré une légère baisse de son chiffre d'affaires à 24 milliards de F. L'Etat, après une privatisation en trois étapes, ne détient plus désormais que 17 % du capital de Bull. Lors de la dernière étape, l'offre a été sursouscrite 21 fois par les particuliers (36 F le titre) et 18 fois par les investisseurs institutionnels (38 F). A la mi juin, 14 % du capital étaient détenus par les investisseurs financiers et 10 % par les salariés. (Les Echos - 25/06/1997)