La juge fédérale Colleen Kallor-Kotelly a rendu public son jugement vendredi soir dernier. Contrairement à la volonté d’AOL Time Warner et de Sun Microsystems (entre autres concurrents du logiciel ...

La juge fédérale Colleen Kallor-Kotelly a rendu public son jugement vendredi soir dernier. Contrairement à la volonté d’AOL Time Warner et de Sun Microsystems (entre autres concurrents du logiciel de navigation Internet Explorer), à celle de neuf Etats américains dont la Californie, les mesures prises par la justice à l’égard du géant d’Atlanta n’ont pas été sensiblement modifiées. L’accord à l’amiable que le numéro un de l’informatique avait trouvé avec le ministère américain de la Justice en octobre 2001 est légèrement renforcé, mais sans plus. Microsoft devra entre autres : fournir aux fabricants plus d’informations sur les systèmes d’exploitation Windows pour permettre à ces concurrents de proposer d’autres applications sur PC ; autoriser les Etats à superviser directement le respect des conditions du décret. Il n’est cependant plus question de démanteler Microsoft en deux (la partie système d’exploitation et la partie logiciel), comme cela avait été souhaité en avril 2000 par dix-huit Etats et le ministère de la Justice américain. En plus de ce succès juridique, le géant d’Atlanta affiche des résultats excellents : une trésorerie qui atteint 40,5 milliards de dollars en gagnant deux milliards de dollars en un seul trimestre ; une capitalisation boursière qui est devenue la première mondiale (283,3 milliards de dollars), dépassant celle de General Electrics. (Atelier groupe BNP Paribas – 04/11/2002)