Developpement for European Applications) a d'ores et déjà estampillé 45 programmes. Medea a été lancé en début d'année pour prendre la suite du programme Jessi arrivé à son terme. Une centaine d'ind...

Developpement for European Applications) a d'ores et déjà estampillé 45 programmes. Medea a été lancé en début d'année pour prendre la suite du programme Jessi arrivé à son terme. Une centaine d'industriels européens producteurs ou utilisateurs de semi conducteurs y sont regroupés. Comme l'indique Horst Nasko, président du conseil d'administration du programme, un des objectifs est de rattraper le retard du Vieux Continent dans les composants électroniques "l'Europe consomme 20 % du marché des composants, mais n'en produit que 10 % sur son sol". Malgré les difficultés financières rencontrées par les Etats européens, il souhaite "rééquilibrer cette balance". Programme de recherche précompétitive censé abriter et aider des projets mis au point par les industriels, Medea bénéficie d'un financement mixte. Jusqu'à 50 % du coût d'un projet de développement peuvent être financés par les Etats. En provenance d'industriels de 5 pays (France, Allemagne, Hollande, Belgique, Italie), 52 projets ont été actuellement "labellisés". Ces projets visent non seulement, à développer des technologies de base de la microélectronique, mais également à mettre au point des produits destinés à des applications, notamment dans les secteurs du multimédia, des télécommunications ou de l'automobile. 45 projets sur ces 52 sont déjà ou sont sur le point d'entrer dans leur phase opérationnelle. (La Tribune - Les Echos - 29/10/1997)