Le projet de développement d’une version asiatique de Linux, baptisée Asianux et lancée en 2003 par les autorités politiques de Chine, de Corée du Sud et du Japon, va également impliquer une...

Jusqu’à présent, la société chinoise Red Flag Software et son partenaire japonais Miracle Linux - dont étaient les seuls à avoir participé à la conception de cette distribution asiatique de Linux. Le projet a débouché sur le lancement en juillet 2004 de Asianux 1.0, un système d’exploitation pour serveur développé en commun par les équipes chinoises et japonaises basées dans le centre de recherche d'Oracle, à Pékin.

Le projet Asianux consiste à développer des distributions Linux chinoise, coréenne et japonaise avec des composants communs. Ceci permet aux fabricants de matériels et aux développeurs de logiciels de ne pas avoir à certifier leurs produits avec différentes versions de Linux. A ce jour, plus d’une quarantaine d’industriels ont signé pour une certification Asianux, dont des géants comme AMD, Dell, HP, NEC, etc.

Le développement de la version 2.0 d'Asianux devrait s’étaler de janvier à août 2005 et sera pris en charge par ces mêmes équipes. Asianux 2.0 devrait donc voir le jour en septembre 2005 et donnera naissance à « Haansoft Linux 2005 » en Corée du Sud, Red Flag 4.2 en Chine, et Miracle Linux 4.2 au Japon.