Alors que le Congrès américain examine une loi qui accorderait au coup par coup le droit d'exporter des logiciels de cryptage contenant des suites de plus de 56 bits, à condition que les éditeurs de...

Alors que le Congrès américain examine une loi qui accorderait au coup par coup le droit d'exporter des logiciels de cryptage contenant des suites de plus de 56 bits, à condition que les éditeurs de programmes remettent aux autorités la clef permettant de déchiffrer les communications, le Département du Commerce a accordé hier l'autorisation aux sociétés Netscape et NetDox d'exporter leurs logiciels codant les données grâce à des suites de 128 bits, un niveau extrêmement élevé de protection. Le destinataire doit disposer d'une clef spécifique pour décoder les communications. (Les Echos - 25/06/1997)