"puces" en France, au cours du deuxième trimestre de 1997 se sont situées au même niveau que lors des trois premiers mois de l'année, elles ont en revanche progressé de 16 % par rapport à la même pé...

"puces" en France, au cours du deuxième trimestre de 1997 se sont situées au même niveau que lors des trois premiers mois de l'année, elles ont en revanche progressé de 16 % par rapport à la même période de l'an passé. Le marché des mémoires s'est redressé grâce à "une remontée spectaculaire" des volumes commandées selon le Syndicat des industries de tubes électroniques et semi-conducteurs (Sitelesc). Par rapport à la même période de l'an passé, les commandes ont augmenté de 48 %. Le marché des télécommunications, outre celui de l'informatique, demeure "une valeur sûre", grâce surtout à la forte progression du secteur des mobiles et à la croissance plus modérée des secteurs classiques (transmission et commutation publique et privée). Désormais, le secteur des mémoires (toutes technologies confondues) représente en France 28 % des ventes de semi-conducteurs (24 % il y a un an), au détriment des "microcomposants" comme les microprocesseurs ou les microcontrôleurs qui sont passés au cours du deuxième trimestre 1997 à 23 % (25 % pour la même période de l'année dernière). Les composants discrets reculent également de 2 points. Les prévisions du Sitelesc, optimistes pour l'ensemble de l'année, tablent sur une croissance à "deux chiffres". (Les Echos - 14/08/1997)