Smart city

En route vers la monétisation des données du véhicule connecté ?

  • 13 Mar
    2018
  • 2 min

Les données récoltées par le véhicule connecté valent de l’or, personne n’en doute. À condition de les monétiser, ce qui n’est pas chose aisée d’après une récente étude du cabinet de conseil McKinsey.

Les données collectées par la voiture connectée vaudront 750 milliards de dollars d’ici à 2030, c’est le chiffre dégagé par McKinsey dans son étude de septembre 2016 consacrée au sujet. Cette année, le cabinet de conseil s’attelle à comprendre pourquoi ces données ne sont pas davantage monétisées dans une étude intitulée « From Buzz to bucks - automotive players on the highway to car data monetization » (en français « Du buzz aux gros sous - les acteurs de l'automobile sur l'autoroute de la monétisation des données du véhicule ») publiée en mars 2018. D’après leurs conclusions, trois défis principaux compliquent la tâche des acteurs de l’industrie automobile. 84% des répondants ont ainsi exprimé leur difficulté à prouver aux consommateurs la valeur de ces données et à percevoir l’avantage des cas d’utilisation. 77% d’entre eux s’accordent à dire qu’il faudra une réorganisation pour pouvoir analyser les données de telle sorte à ce que cela aboutisse à de nouveaux services connectés. Enfin, 79% des personnes sondées considèrent que l’établissement de partenariats ne sera pas facile, mais pourtant clef pour parvenir à développer de nouvelles fonctionnalités grâce aux données. Des cas d’utilisation de monétisation de la donnée du véhicule existent déjà. La start-up israélienne Otonome en est un exemple. Cette plateforme d’échange et de vente de données des véhicules a levé 25 millions de dollars l’an dernier pour connecter les bases de données des constructeurs automobiles aux différents services intéressés par ce type d’information. À savoir : les compagnies d’assurance, les villes, les concessionnaires... pour ne citer qu’eux. Otonome change le format de la donnée, l’anonymise et l’encode avant de la livrer aux clients. Un marché juteux pour les fabricants de voitures - dix d’entre eux seraient déjà en train de tester la solution.  

Rédigé par Sophia Qadiri