Smart city

Le Royaume-Uni embrasse la GreenTech

  • 13 Sep
    2017
  • 2 min

Des panneaux solaires pour les bas revenus, des vélos en libre-service à gogo et le tout véhicules électriques en 2040… Le Royaume-Uni deviendra-t-il un modèle d'économie verte ?

En 2016, 8,9% de la consommation totale d’énergie provenait de sources d’énergie renouvelables, si l’on en croit de récents chiffres gouvernementaux. C’est plus que l’année précédente (8,2% en 2015) mais moins que les voisins européens. D’après un rapport de la Banque Mondiale, en 2014 la moyenne de l’Union Européenne était déjà de 16% de part d’énergie renouvelable sur l’énergie consommée. Les dernières annonces montrent que le Royaume-Uni prend néanmoins de plus en plus d’initiatives GreenTech. Ainsi, au cours des cinq prochaines années, 800 000 foyers modestes se verront doter de panneaux solaires pour leur permettre de réduire leur facture énergétique. Près de mille emplois pourraient en résulter par ailleurs. Ces ménages désormais réchauffés et alimentés à moindre coût devront bientôt adopter la même approche pour leurs transports. Les véhicules fonctionnant à l’essence ou au diesel ne pourront plus rouler à compter de 2040, en France comme au Royaume-Uni. Et sous l’impulsion de la Première Ministre Nicola Sturgeon, l’Écosse pourrait prendre de l’avance et imposer cette norme dès 2032. L’objectif étant que la population passe d’elle-même aux voitures électriques ou hybrides pour que la transition énergétique se fasse sans interdiction. Les retardataires pourront toujours préférer l’un des nombreux services de vélos à la demande, qui poussent à Londres comme des champignons. Ils sont désormais cinq à se concurrencer dans la capitale britannique. Gageons que les Londoniens bénéficieront de cette compétition et embrasseront ce mode de vie vert comme les Copenhaguois avant eux.


Rédigé par Sophia Qadiri