SAP ne devrait pas décevoir ses actionnaires. L'éditeur de logiciels d'entreprise, après avoir dépassé ses prévisions de rentabilité au troisième trimestre, devrait plus largement s'imposer sur ...

SAP ne devrait pas décevoir ses actionnaires. L’éditeur de logiciels d’entreprise, après avoir dépassé ses prévisions de rentabilité au troisième trimestre, devrait plus largement s’imposer sur le marché américain.

Ces trois derniers mois, le groupe allemand a dégagé une marge opérationnelle de 25 %, et ses parts de marché mondiales sont passées de 48 % à 57 % d’une année sur l’autre. Même si les acteurs américains Oracle et Peoplesoft ne se sont pas montrés particulièrement tendres en faisant pression sur les prix des logiciels, et si les ventes de SAP ont stagné, la politique de réduction des coûts de fonctionnement a permis à SAP d’enregistrer de bons résultats.

Le groupe allemand a également profité de l’OPA lancée par Oracle sur Peoplesoft et des incertitudes du marché liées à cet événement, pour accroître ses ventes de plus de 30 % aux Etats-Unis. C’est précisément sur le marché américain que le groupe mise : son PDG Henning Kagersmann a annoncé dans une interview accordée au journal allemand, le Börse-Zeitung, que la croissance de SAP aux Etats-Unis était une priorité du groupe. Dans cette région, l’éditeur table ainsi sur une augmentation de ses parts de marché, qui passeraient de 35 à 40 %.

(Atelier groupe BNP Paribas – 03/11/2003)