La procédure engagée contre IBM par SCO n’est pas prête d’aboutir, que l’issu soit favorable ou non au groupe qui affirme détenir des droits sur Linux. N’ayant toujours pas fourni de ...

La procédure engagée contre IBM par SCO n’est pas prête d’aboutir, que l’issu soit favorable ou non au groupe qui affirme détenir des droits sur Linux. N’ayant toujours pas fourni de preuve concrète d’un détournement par IBM du noyau Unix que possède SCO pour la création de Linux, la société a décidé de brusquer les choses. SCO a donc décidé d’envoyer aux entreprises utilisatrices du système d’exploitation open source une facture censée dédommager l’entreprise du détournement de son logiciel. Elle devrait s’attaquer plus particulièrement aux sociétés qui affichent ouvertement leur soutien à la communauté Linux, IBM en tête, ou qui ont annoncé avoir développé un réseau fonctionnant sous Linux. Il est probable que l’action qu’entreprendra SCO en cas de non-paiement sera l’assignation en justice…Reste que SCO n’a toujours pas démontré la véracité de ses accusations. Les éléments présentés par le groupe à la fin du mois d’août n’ont guère convaincu les experts. De plus, les actions menées par SCO n’ont jusqu’à présent pas été couronnées d’un franc succès. La société a même été condamné à verser 10 000 euros sur décision de la justice allemande, suite à une plainte déposé par une association pro-Linux…(Atelier groupe BNP Paribas – 04/09/2003)