opération de police sur Internet. En utilisant Internet pour tromper les investisseurs, le gendarme américain de la Bourse vient de lancer une vaste opération de police sur l’ensemble du territoire...

opération de police sur Internet. En utilisant Internet pour tromper les investisseurs, le gendarme américain de la Bourse vient de lancer une vaste opération de police sur l’ensemble du territoire des Etats-Unis contre une quarantaine de firmes. Accusés d’avoir assuré la promotion de 235 titres de petites compagnies cotées en mentant sur leurs performances, des responsables de lettres confidentielles en ligne et autres services offrant des conseils boursiers sont poursuivis.

Ayant lancé cette année 38 plaintes contre des opérateurs indélicats, la SEC, inquiète du développement de la fraude sur Internet, multiplie les avertissements à l’encontre des particuliers “n’investissez jamais sur le seul conseil de firmes opérant sur le Net, spécialement lorsqu’il s’agit d’une petite société, peu traitée et qui n’est pas connue”.

Aujourd’hui plus de 8,4 millions de personnes possédant des portefeuilles dépassant les 100 000 dollars opèrent en Bourse via Internet offrant plus de 900 millions de dollars de commissions aux 60 firmes de courtage électronique existant actuellement. Selon certaines études, le nombre de comptes pourrait atteindre les 18 millions d’ici à 2002. Une soi-disant “lettre confidentielle” prise dans le filet de la SEC comptait plus de 100 000 abonnés. (Les Echos 30/10/1998)