Au premier semestre de l’exercice en cours, Sega a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 101 milliards de yens, en chute de 20 %, et un résultat net de 1,2 milliard de yens (près de 55 millions de...

Au premier semestre de l’exercice en cours, Sega a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 101 milliards de yens, en chute de 20 %, et un résultat net de 1,2 milliard de yens (près de 55 millions de F) en baisse de 76 %. En cinq ans, la société a vu ses ventes divisées par deux. Pourtant les ventes de consoles ne cessent de progresser. Selon GFK, il devrait se vendre en France en 1998 plus de 2,3 millions de machines, soit un chiffre d’affaires de 1,7 milliard de F, auquel s’ajoute 2,5 milliards de ventes de logiciels de jeu associés. Face à ses concurrents japonais Nintendo et surtout Sony, Sega a beaucoup perdu de terrain sur ce marché en pleine croissance. Son avenir dépend donc largement du succès de sa nouvelle console de jeu “Dreamcast” lancée aujourd’hui au Japon et en septembre prochain dans le reste du monde. Possédant un microprocesseur plus puissant que celui des machines concurrentes, la Dreamcast utilisera Windows CE. Connectable à Internet, elle possède une carte mémoire qui est en même temps une petite console de jeux indépendante. Alors que la “Playstation” de Sony et la “Nintendo 64” de son concurrent, sont vendues 790 F aujourd’hui en France, la “Dreamcast” sera vendue au Japon environ 1 370 F. Selon Sega, il lui faudra commercialiser 3 millions de consoles pour commencer à dégager des profits. (Le Figaro 27/11/1998)