jeux. Ayant prévu de livrer sa console de jeux Dreamcast le 27 décembre, Sega se trouve dans l’impossibilité de satisfaire à l’afflux de la demande. Le fabricant NEC, principal fournisseur et part...

jeux. Ayant prévu de livrer sa console de jeux Dreamcast le 27 décembre, Sega se trouve dans l’impossibilité de satisfaire à l’afflux de la demande. Le fabricant NEC, principal fournisseur et partenaire (pour les composants 3D de la console) ne pourrait produire en quantité suffisante les puces Power VR2 de la Dreamcast. Selon un porte-parole de Sega qui revoit à la hausse ses objectifs de production d’un million d’unités pour le marché japonais avant la fin de l’année, NEC aurait signalé fin octobre aux revendeurs qu’il n’accepterait plus les précommandes de Dreamcast. Pour le lancement de cette console 128 bits nouvelle génération, quatre fois environ plus puissante que la PlayStation de Sony, Sega avait prévu de placer chez les revendeurs entre 200 000 et 300 000 unités de la Dreamcast. Parallèlement, Sega a dû annoncer discrètement à ses distributeurs un retard important des principaux logiciels pour la console Dreamcast. Trois titres majeurs produits par UbiSoft ne seront pas disponibles comme prévu le 27 novembre prochain, comme l’explique Gérard Guillemot, directeur général pour la production d’Ubi Soft “nous avions un souci de qualité concernant notre premier produit pour Dreamcast et avons donc décidé de retarder la sortie du produit”. (La Tribune 17/11/1998)