La croissance du marché français des semi-conducteurs, établie à partir des facturations des membres des Clubs Circuits intégrés et Semi-conducteurs Discrets, atteint 6 % au 3ème trimestre 2002 ...

La croissance du marché français des semi-conducteurs, établie à partir des facturations des membres des Clubs Circuits intégrés et Semi-conducteurs Discrets, atteint 6 % au 3ème trimestre 2002 par rapport au 3ème trimestre 2001, selon les chiffres communiqués par le Sitelesc. Ce résultat est dû en partie à la comparaison avec le marché du 3ème trimestre 2001 qui s’était effondré. Par rapport au 2ème trimestre 2002, l’évolution des ventes reste négative (- 3 %). Ces résultats sont en ligne avec la tendance mondiale dans le domaine des semi-conducteurs. En France, la structure du marché reste étroiement liée au marasme des télécoms mobiles en Europe. Le marché des télécommunications demeure en France le premier marché des semi-conducteurs. Le deuxième marché en volume, l’automobile, est solide. Le nombre de pièces électroniques dans les véhicules ne cesse d’augmenter. Les encarteurs pèsent 17 %, en hausse de 30 % par rapport au 3ème trimestre 2001. Au vu des commandes et du portefeuille fin septembre 2002, les prévisions pour le 4ème trimestre ne sont guère optimistes. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 16/12/2002)