Smart city

Une start-up californienne introduit les bus « zéro émission » dans les parcs nationaux

  • 03 Jan
    2018
  • 2 min

Aux États-Unis, l'introduction de bus électriques dans les parcs nationaux pourrait réduire à la fois la congestion et les émissions carbone.

La start-up Proterra a annoncé un partenariat avec le parc national californien de Yosemite, qui s'est engagé à lui acheter deux bus électriques Catalyst afin de compléter sa flotte existante (28 navettes hybrides, à la fois diesel et électriques, qui ont, depuis 2001,  progressivement remplacé l'ancienne flotte d'autobus). À terme, l'objectif est de la transformer complètement, pour la rendre plus écologique et mieux protéger faune et flore. Plus de cinq millions de personnes ont visité le parc l'an passé et 3,8 millions d'entre elles ont fait le choix d'utiliser les navettes gratuites pour se déplacer plutôt que leur véhicule personnel. Au total, les 59 parcs nationaux ont enregistré en 2017 331 millions de visites : une augmentation significative et de mauvaise augure pour la qualité de l'air. Les nouveaux autobus Proterra entreront en service à la fin de l'année 2018 et transporteront près de 1500 visiteurs par jour, réduisant ainsi de 400 tonnes les émissions annuelles de CO2 et de 150 500 dollars les coûts d'entretien et d'exploitation. Des partenariats semblables pourraient bientôt être établis avec deux autres grands parcs : Zion et Bryce Canyon, dans l'Utah. Un changement prometteur à l'échelle de la nation, et initié par la Californie, séduite déjà par les scooters électriques. Le pays ne compte actuellement que 300 bus électriques sur les 65 000 véhicules de transport public en service. Proterra saura-t-il donc en faire la norme, dans un contexte où l'autonomie et le partage semblent également essentiels ?

Rédigé par Marie-Eléonore Noiré