Smart city

Waymo veut adapter le véhicule autonome aux besoins des policiers américains

  • 24 Oct
    2017
  • 2 min

Piétons, cyclistes, conducteurs transformés en passagers... nombreux sont ceux qui seront impactés par le véhicule autonome. Waymo prépare les agents de la circulation.

Les véhicules autonomes sont conçus pour être plus sûrs que les véhicules traditionnels. 90% des accidents étant dus à des erreurs humaines, beaucoup pensent que remplacer le facteur humain reviendrait à améliorer drastiquement la sécurité routière. Est-ce à dire que les voitures sans conducteurs ne commettraient jamais d'infractions ? Pas forcément. Les agents de la circulations seront-ils pour autant amenés à verbaliser les contrevenants ? Difficile à dire. Waymo, la branche de véhicule autonome du groupe Alphabet, développe son idée sur la question. Dans un rapport de 43 pages publié il y a quelques jours, l'entreprise explique notamment comment elle prépare des policiers américains aux éventuelles collisions causées par ces véhicules. Les voitures sont programmées pour trouver un endroit pour s'arrêter en toute sécurité en cas de problème et envoyer un rapport technique au constructeur. Le travail de Waymo avec les forces de l'ordre en Arizona, au Texas, en Californie et dans l'État de Washington, autrement dit sur tous les territoires où l'entreprise effectue des tests, a permis d'adapter le véhicule aux besoins des policiers. Les voitures apprennent désormais à réagir à l'approche des sirènes pour laisser passer les véhicules d'urgence - afin que ces derniers puissent ainsi accéder plus facilement au lieu de l'accident. D'autres experts, comme le professeur Joseph A. Schafer, considèrent au contraire que les agents de la circulation n'auront plus de raison d'être sans conducteurs. Dans tous les cas, ils ont probablement plusieurs décennies devant eux avant que les routes ne soient envahies de véhicules autonomes, et donc le temps de s'y préparer.

Rédigé par Sophia Qadiri